Interview de François de Lassus dans les Echos

Le cours de l’or est à son plus haut. Faut-il en acheter ?
Auprès de qui ? Sous quelle forme ? Quid de la fiscalité ?
Le mode d’emploi avec François de Lassus (CPoR Devises).

CPoR Devises est le spécialiste français de l’or. Détenue à 80 % par le groupe Tessi et à 20 % par Crédit Agricole S.A., cette société, peu connue du grand public, propose des prestations spécifiques au traitement des devises et produits or pour les banques, les établissements financiers et les grandes entreprises. Change global, change nominatif, achat et vente de pièces, de lingots et de barres en or… C’est elle qui tous les jours à 13 heures, donne le cours de l’or, en fonction du montant des achats et des ventes sur le marché. François de Lassus, le directeur de la communication externe (activité Or) de CPoR Devises a répondu à nos questions pratiques.

Le cours de l’or est historiquement haut. Peut-il monter encore ?

La tendance est haussière depuis 10 ans, même s’il peut y avoir des corrections temporaires. L’or a atteint un nouveau record le 8 juin, au dessus des 1.250 dollars l’once. Le métal jaune s’est également fortement apprécié en euro depuis un mois avant la crise de la zone euro. Malgré le renchérissement de sa valeur ces dernières semaines, nous constatons que les gens continuent à acheter de l’or, en raison notamment des incertitudes liées à la reprise économique, l’or jouant, plus que jamais, son rôle de valeur refuge et de diversification. Quant à savoir s’il est opportun d’acheter de l’or, je précise que nous ne sommes pas des conseillers en gestion de patrimoine, dont certains se référant à la pratique des banquiers suisses, recommandent d’investir au maximum 10 % d’or dans son portefeuille, mais un établissement de crédit qui propose des prestations spécifiques au traitement des devises et produits or pour les banques, les établissements financiers et les grandes entreprises. Il est difficile de faire des pronostics. Les fondamentaux nous semblent cependant plaider pour une poursuite de la hausse du prix de l’or : l’offre se contracte et la demande est toujours plus forte. La demande pour l’investissement est en croissance continue depuis plus de 6 ans. Le marché international de la bijouterie « or », de son côté, repart à la hausse avec notamment une demande à nouveau importante de la part de pays comme l’Inde. Par ailleurs, les incertitudes économiques sont plutôt favorables à la poursuite de la hausse du cours de l’or, selon les experts, qui anticipent la poursuite de la tendance haussière.

Où peut-on acheter de l’or ?

Vous pouvez acheter de l’or physique dans les banques, tous les réseaux sont habilités à vous en vendre, ou dans des bureaux de change spécialisés. Cortal Consors en propose même à la vente en ligne.

Quels sont les frais liés à l’achat d’or ?

Les frais d’achat sont en moyenne de 2 %. Si vous choisissez de faire garder votre or par la banque, les frais de conservation sont autour de 1,5 %. Il est à mon sens préférable d’acheter de l’or auprès de professionnels de l’investissement agréés, notamment les banques, d’autant que celles-ci présentent toutes les garanties de bonne conservation.

Sous quelle forme peut-on acheter de l’or ?

Vous pouvez acheter de l’or physique sous forme de pièces ou de lingots. Plus de 20 produits cotés sont actuellement disponibles, dont, parmi les pièces, le Napoléon, mais aussi des pièces étrangères comme le Franc suisse, le Souverain 

anglais, le Peso mexicain ou le Krugerrand sud-africain. Les pièces de collection ne sont pas cotées. CPoR Devises, collecte tous les jours ouvrés l’ensemble des ordres d’achat et de vente, ce qui nous permet de déterminer le cours quotidien de l’or. Parmi les autres produits d’épargne or, vous pouvez aussi acheter des valeurs mobilières comme les « trackers or », adossés intégralement à de l’or physique et qui du coup répliquent son cours. Ces produits appelés ETF ou ETC sont disponibles en Bourse et donc échangeables comme des actions. Mais contrairement aux pièces ou lingots, la livraison physique de l’or est quasiment impossible. Vous pouvez aussi acheter directement les actions de mines d’Or ou des parts de fonds (FCP ou Sicav) investis dans les mines d’Or. Les mines et les fonds peuvent bénéficier d’effet de levier important, mais comme pour toute action d’entreprise, il y a un risque de défaut lié à l’émetteur, ce qui n’est pas le cas de l’or physique.

Quelle est la fiscalité en cas de revente d’or physique ?

L’or physique comme support de placement a été pénalisé en France jusqu’à récemment, par une taxe forfaitaire de 8 % à la revente, appliquée sur la valeur totale du produit or cédé. Cela reste la seule option pour ceux qui ont acquis de l’or sous le régime de l’anonymat. Les autres investisseurs peuvent dorénavant opter pour le régime des plus-values réelles dès lors qu’ils peuvent justifier de la date et du prix d’acquisition. En effet, depuis le 1er janvier 2006 les vendeurs d’or dit « investis-sement » peuvent, sur option, choisir de payer 28,1 % sur la plus-value avec une décote de 10 % par an à partir de la 3ème année de détention. Ces nouvelles dispositions présentent trois intérêts majeurs : le choix, en fonction de la plus-value réalisée et la durée de détention, pour le régime de taxation le plus intéressant (8 % sur le capital ou 28,1 % sur la plus-value) ; une exonération totale au bout de 12 ans ; et aucun impôt en cas de moins-value, quelle que soit la durée de détention.

Vous conseillez de laisser les pièces en dépôt à la banque. Pourquoi ?

En fait, le régime fiscal sur les plus-values mis en place en 2006 (voir question précédente), ne fonctionne en pratique que si vous pouvez apporter la preuve de la date et du prix d’acquisition de votre or. Il faut en effet démontrer que l’or présenté à la vente est bien celui qui a été facturé au moment de l’achat. Cela ne pose aucun problème si vous avez acheté des lingots d’or car ils sont numérotés et le numéro figure sur la facture. Pour les pièces, qui elles, ne sont pas numérotées, la preuve est plus difficile à rapporter. Mais, si vous laissez vos pièces en dépôt à la banque qui les conserve, vous n’aurez plus de problème de preuve.

Propos recueillis par Mireille WEINBERG, les Echos
Contact :
CPoR Devises
59-61 rue La Fayette -BP 704-09
75421 Paris Cedex
Tél. +33 (0)1 49 70 55 00, Fax +33 (0)1 45 96 01 39